Un immobiler francais au plus bas de son histoire

les taux des crédits immobiliers au plus bas

Jamais les taux des crédits immobiliers repartis une nouvelle fois à la baisse fin avril 2013 n’ont connu un tel effondrement, tournant autour de 3 % sur 15 ans et 3,35 % sur 25 ans. Des conditions plus que favorables aux emprunteurs.

Le point sur cette chute historique

l'immobilier francais connait ses taux à un plus bas historique

l’immobilier français connait ses taux à un plus bas historique

Bien que le volume de crédits accordés soit encore inférieur de 11,6 % par rapport à 2012 où il avait chuté de 26,4 %. On constate un lent redémarrage dû à des conditions financières exceptionnelles, avec 2,1 % de crédits de plus qu’au trimestre précédent.

Pour les acheteurs, un coup de pouce pour l’accession à la propriété

Le marché immobilier neuf et ancien a fortement pâti de la dégradation du PTZ+ (prêt à taux zéro) entre 2011 et 2013 avec une nouvelle refonte du plafond de ressources au 1er janvier 2013 et une baisse du nombre d’acquéreurs potentiels. Des taux de crédits immobiliers attractifs peuvent compenser la perte du bénéfice du PTZ pour certains primo-accédants tout en amortissant la chute de l’activité immobilière.

Cette baisse historique va donc dans le sens d’une relance de la consommation. D’avantage de crédits octroyés, d’avantage de candidats à l’accession à la propriété.

Avec une baisse historique des taux, le rachat de crédit immobilier peut offrir de sérieux avantages aux emprunteurs.

Plus la durée d’un prêt immobilier est longue, plus les taux d’intérêt sont élevés et plus il peut être intéressant de racheter son crédit à condition qu’il y ait au moins 1 point d’écart entre l’ancien et le nouveau taux et que la date de souscription de l’ancien prêt soit inférieure à 10 ans. On tiendra compte également des frais induits par le rachat (frais de dossier, pénalités pour remboursement anticipé…).
En renégociant un prêt avec un taux historiquement bas, l’emprunteur peut économiser des milliers d’euros ou plusieurs années de crédit.

La révision du taux à la baisse avec la diminution des mensualités

Diminuer le montant de ses mensualités permet d’anticiper l’avenir et les éventuels coups durs, ce qui peut être salvateur en période de crise. Cela implique aussi de rallonger la durée de remboursement du crédit et d’en augmenter le coût global mais permet de faire baisser son taux d’endettement pour se laisser une marge afin de contracter éventuellement d’autres crédits car c’est le montant de la mensualité qui sera pris en compte pour le calcul de l’endettement.

La baisse des taux d’intérêts pour réduire la durée du crédit.

A l’inverse, certains préfèreront augmenter la mensualité mais diminuer la durée du crédit pour être «libérés» plus vite de cette charge financière et disposer plus tôt d’un pouvoir d’achat élargi.

Leave a Reply

Inscrivez-vous à notre Newsletter

Inscrivez-vous à notre Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir gratuitement les dernières info sur les taux des prêts et sur l'immobilier.

You have Successfully Subscribed!